Dernières publications

Rapports sur le cinéma et l’audiovisuel en Egypte, au Maroc, au Liban, en Palestine, en Jordanie et en Algérie

Rapports sur le cinéma et l’audiovisuel en Egypte, au Maroc, au Liban, en Palestine,...

L’amélioration de la compréhension et le renforcement des marchés cinématographiques et audiovisuels constituent une des...
Ce Catalogue de Films pour promouvoir le cinéma arabe

Ce Catalogue de Films pour promouvoir le cinéma arabe

Le programme Euromed Audiovisuel a lancé un nouveau catalogue de longs métrages et documentaires produits entre 2011 et...

Forum du Film Méditerranéen, 2-3 décembre 2014, Tunis

Conslusions de l'atelier sur la collecte des données

Modératrice : Sahar Ali

Atelier 3 : Structuration du marché : outils d’analyse et collecte des données.

 

Mardi 2 décembre, 14h30-18h

Modératrice:    Sahar Ali

L’atelier sur la collecte de données a eu deux axes de développement principaux. Le premier axe, portait sur La Présentation des processus de collecte régionaux et avait pour objectif de faire connaître aux participants des systèmes institutionnels de collecte de données bien établis en Europe et dans certains pays du Sud de la Méditerranée : le Centre National du Cinéma (CNC, France), l’Observatoire Européen de l’Audiovisuel (Europe) et le Centre Cinématographique Marocain (CCM, Maroc).

Le deuxième axe de l’atelier intitulé Industries et défis a permis aux participants d’examiner les défis qu’affrontent les industries audiovisuelles et cinématographiques dans la région, en particulier quant au piratage de films.

 

Session 1. 15h:30 – 17h:00 Présentation des processus de collecte de données régionaux.

Trois interventions ont eu lieu dans le cadre de cette 1ère session de l’Atelier afin d’explorer les différents modèles institutionnels européens et sud-méditerranéens de collecte de données.

Louis Gautier, chargé d’études internationales à la direction des études, des statistiques et de la prospective du Centre National du Cinéma (CNC), a présenté : Le fondement de la collecte des statistiques du CNC. Une présentation qui a passé en revue les procédures appliquées par le CNC pour la collecte et la compilation des données relatives au marché cinématographique français. Etant donnée que la protection de l’exploitation cinématographique fait partie des missions du CNC français, l’exposé a également porté sur les procédures judiciaires entreprises par l’institution afin de sauvegarder les droits des exploitants et de protéger l’exploitation du film en France.

Un deuxième modèle institutionnel de collecte de données a été présenté aux participants par Julio Talavera, Film Analyst auprès de l’Observatoire européen de l’audiovisuel à Strasbourg. Intitulée : L’Appareil statistique de l’OEA, l’intervention de Julio Talavera a porté sur les méthodologies appliquées par l’Observatoire pour la collecte et la diffusion des données audiovisuelles et cinématographiques en Europe. Les différentes publications trimestrielles et annuelles de l’Observatoire ont également été présentées, démontrant les moyens de valorisation et de mise en circulation adoptés par l’Observatoire pour la mise en valeur des données collectées sur les plans européen, régional et international. L’intervenant a également passé en revue les bases de données spécialisées de l’Observatoire à savoir : Lumière et Korda.

Le troisième modèle institutionnel de collecte de données, cette fois sud-méditerranéen, à savoir le Centre cinématographique marocain (CCM) a été présenté par Kamal Mouline, le Conseiller du Directeur général du CCM. L’intervenant a passé en revue le système de collecte de données établi par le CCM qui publie annuellement un Bilan Cinématographique groupant toutes les données relatives au marché cinématographique marocain. Une publication de valeur qui fait preuve de l’importance du marché du film marocain et qui réussit à attirer les investissements et les tournages étrangers dans le pays. Les participants ont exprimé leur estime vis-à-vis du système de collecte de données établi par le CCM, tout en exprimant le désir d’établir, dans chacun des pays sud-méditerranéen, un tel outil de collecte, un vrai catalyseur de développement et de structuration du marché.

 

Session 2. 17h:30 – 18h:30 Industries et défis. 

Dans le cadre du 2e axe, celui de la thématique Industries et défis, deux interventions ont eu lieu faisant état des défis qu’affrontent les industries audiovisuelles et cinématographiques, à l’instar du piratage.

Le réalisateur et producteur Shérif Mandour, propriétaire de la société de production Film House a présenté ‘’Piratage. Le nouveau killer du cinéma égyptien. Les raisons d’une collecte de données’’. Abordant la problématique du piratage et de ses effets néfastes sur les industries audiovisuelles et cinématographiques en Egypte, Sherif Mandour a fait état des pertes et dégâts de l’industrie cinématographique en Egypte, estimés à plusieurs millions d’euros chaque année en raison du piratage, de l’absence de rigueur et de lois applicables pour la protection des droits d’auteur et des œuvres cinématographiques en Egypte. En particulier, les films égyptiens piratés et diffusés sur les canaux satellitaires constituent une vraie menace pour le patrimoine cinématographique égyptien.

Dans une présentation riche en données et en contenu sur Les relations entre films et télévision au Maroc, l’expert audiovisuel Mostapha Mellouk a fait un tour d’horizon sur les problématiques freinant le développement du secteur au Maroc. L’expert a mis l’accent sur la nécessité d’une action concertée aux niveaux national et régional pour faire face aux défis menaçant les industries audiovisuelles et cinématographiques dans la région. Il a également souligné l’importance de la collecte de données comme outil de structuration et de développement des marchés marocain et régionaux.

 

Conclusions

Les participants ont tous souligné la nécessité de l’établissement d’un système de collecte de données dans la région du sud de la méditerranée susceptible de poursuivre l’action entreprise par le Programme Euromed Audiovisuel III à travers son projet de collecte de données. À cet effet, les participants ont exprimé leur reconnaissance au Programme Euromed qui a pu fournir six monographies nationales décrivant les marchés audiovisuel et cinématographique en Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Palestine et Maroc. Les participants ont souhaité le lancement d’une quatrième édition du Programme Euromed qui prendrait en considération et poursuivrait l’initiative de collecte entamée par Euromed Audiovisuel III pour une meilleure structuration des marchés de la région.

 

Télécharger les conclusions de l'atelier (PDF)

partagez cet article par email imprimer cette page