31/10/2014

Amor Hakkar, réalisateur algérien de La Preuve

« J'aborde l'impossibilité de reconnaître et d'assumer sa stérilité »

Algérie

Amor Hakkar, réalisateur algérien de La Preuve

À l'occasion de la sortie de son film La Preuve au Liban, le réalisateur Amor Hakkar répond aux questions d’Euromed Audiovisuel.

Le film raconte l'histoire d'Ali, chauffeur de taxi marié qui craint d'être stérile. Mais son destin croise celui d'une jeune femme enceinte, qui l'accuse d'être le père de son enfant. Un film souvent introspectif et silencieux, à l'image des tabous qui pèsent autour de cette question.

 

Comment est né le projet du film ?

Je souhaitais approcher une problématique qui reste, au 21ème siècle, un tabou et mettre en lumière la manière dont le regard de la société et de la famille ont un impact sur nos décisions, nos choix, sur des sujets très intimes. Dans le cas de ce jeune homme (un citadin dont les racines sont ancrées dans la ruralité d'un douar où sa famille réside encore), j'aborde l'impossibilité de reconnaître et d'assumer sa stérilité.

A quel point la fertilité est-elle un tabou?

Mes sujets  sont souvent axés sur « l'être humain »  -  à un instant T de sa vie  -  alors qu'il est confronté à une difficulté, un dilemme, un choix, un évènement de vie auquel il va devoir réagir sans forcément y être préparé ; aborder la question du choix et de ses conséquences avec de plus en plus de profondeur.

Est-il osé de faire un film sur ce thème en Algérie ?

Je ne sais pas ; toutefois il est vrai que le thème de la stérilité masculine a été très peu ou pas du tout abordé dans le cinéma algérien et arabe en général.

Peut-il être projeté aisément ?

Le film peut être projeté aisément en Algérie ; toutefois je ne suis pas sûr que tous les publics y adhèrent.

Pensez-vous que le film s'adresse avant tout à des spectateurs algériens, ou bien à un public international ?

Le thème de la stérilité et en général tout ce qui touche à l'humain est universel.

Comment s'est passée la collaboration avec l'acteur Nabil Asli ?

C'était une merveilleuse collaboration. Nabil est un très bon acteur, généreux et très rigoureux.

Quels sont vos projets pour la suite, comptez-vous toujours faire des films axés sur les problèmes de société en Algérie ?

Il est vrai que les thèmes de société sont ceux qui m'intéressent particulièrement.

 

Anaïs Renevier

 

La Preuve - trailer (VOSTFR) : 

partagez cet article par email imprimer cette page