20/02/2012

Yonatan Nir, co-réalisateur et co-producteur de Dolphin Boy

« La violence peut être guérie grâce à l'amour de la nature et des hommes »

Le cinéaste israélien Yonatan Nir était de passage à la Berlinale, où son documentaire a été nommé pour le Peace Film Award du Festival. Euromed Audiovisuel l’a retrouvé à Berlin pour en apprendre davantage sur son parcours en tant que cinéaste du sud de la Méditerranée ainsi que sur le documentaire Dolphin Boy, dont il assure la coréalisation et la coproduction et qui traite du pouvoir de guérison des dauphins.

« Greenhouse et Euromed Audiovisuel m'ont permis de fouler le tapis rouge en compagnie de Brad Pitt et Angelina Jolie ! » s’est enthousiasmé Yonatan, qui a participé à la quatrième édition du projet Greenhouse dans le cadre d’Euromed Audiovisuel II et a signé un accord de distribution avec First Hand Films lors du forum de pitching – pratique consistant à présenter un film à partir de quelques accroches rapides – organisé par Greenhouse en décembre 2009. « Sans le coaching et le soutien de Greenhouse, je ne sais pas où en serait le film. »

C’est grâce au photojournalisme et à la photographie marine que Nir s’est intéressé au cinéma. Ses reportages photographiques sur de nombreux pays ont été mis en vedette dans divers journaux et magazines à travers le monde, glanant au passage de nombreux prix, dont le prestigieux Asian Geographic Best Photojournalist of the Decade Award – Prix du meilleur photojournaliste en région asiatique de la décennie. Instructeur expérimenté de plongée – avec plus de 3500 plongées à son actif – Nir a travaillé comme caméraman sous-marin au Dolphin Reef d'Eilat, où il a entendu l'histoire du « Dolphin Boy » et décidé, avec le réalisateur Dani Menkin, d’y consacrer un documentaire. Blessé par une mine terrestre lors de la seconde guerre du Liban, Nir a personnellement connu l'influence thérapeutique que peuvent avoir les dauphins sur l’âme humaine.

Nous lui avons demandé de nous raconter l’histoire de Dolphin Boy : « Morad, un adolescent d'un village arabe du nord d'Israël, se renferme complètement suite à une violente agression l’ayant traumatisé. Avant de le faire hospitaliser dans un institut psychiatrique en dernier recours, son père l'emmène se faire traiter parmi les dauphins à Eilat sur la Mer Rouge. C’est là que Morad recommence à parler après des mois de silence, au point d’oublier son passé et de refuser de retourner voir sa mère qui l’attend. Ce documentaire sur les ravages dévastateurs que la violence humaine peut causer sur l'âme et sur les pouvoirs curatifs de la nature et de l'amour, a été filmé au cours des quatre dernières années. »

Le film contient l’espoir d’inspirer les gens à chercher une solution pacifique au conflit Israélo-palestinien. « Les dauphins ont cette capacité de voir le cœur et l'intérieur d'un corps, le squelette d'un être humain, et non pas l’identité, la race ou la religion. Ils ne nous voient que comme des êtres humains », affirme Nir. « J’aimerais tellement que nous puissions développer cette même attitude en Israël. "

Nir est actuellement en train de réaliser et de coproduire Cutting Away the Pain, un documentaire sur un soldat s’amputant la jambe pour se libérer d'une mystérieuse douleur syndromique et de son sentiment de culpabilité lié à un événement de son passé militaire.

Dolphin Boy est soutenu par la Seconde Autorité pour la télévision et la radio  (Israël), ARTE (Allemagne, France), Channel 4 (Royaume-Uni) et la New Foundation for Cinema & TV (Israël). Le film a été commandité par DRTV (Danemark).

partagez cet article par email imprimer cette page