22/07/2012

A Play Entitled Sehnsucht de Badran Roy Badran sort en salles au Liban

Une fable surréaliste sur un astronome fou sur fond de guerre civile sort dans les salles de cinéma libanaises

Industrie, Liban

A Play Entitled Sehnsucht de Badran Roy Badran sort en salles au Liban

Sur le site d’Agenda Culturel publiée le 11 juillet, Grace Barmaki nous livre l’interview de sa rencontre avec Badran Roy Badran, réalisateur de A Play Entitled Sehnsucht.

A Play Entitled Sehnsucht est une œuvre imprégnée de l’atmosphère qui régnait durant les années de guerre civile à Beyrouth, dans laquelle l’auteur a grandi et qui l’a marqué à vie : « Le film n’est pas une autobiographie bizarre et donc je n’y suis pas présent. Il rassemble en soi un nombre d’états psychiques liés à la ville de Beyrouth : traumatisme et isolement, désir et nostalgie d’un passé idéal. Il les personnifie dans des images concrètes dévoilant chez le spectateur les échos d’états vécus. » Le côté sombre et claustrophobe de A Play Entitled Sehnsucht serait pour lui également inspiré de la propre expérience du quotidien du peuple libanais : « Le désir d’une sécurité confortable y devient un paradis stérile. »

Lorsque Grace Barmaki lui demande quelle est la part de réalité dans son film qu’il a mis cinq ans à préparer, l’auteur répond que l’œuvre est une peinture en mouvement : « le film fusionne la réalité à une étrange fantaisie à travers son personnage principal, Bernard Zeidan l'astronome libanais, piégé par la vie et qui aspire à s’en échapper. Cette idée se concrétise quand le rêve se mêle à la réalité. » 

La musique de A Play Entitled Sehnsucht suit le même cheminement expérimental : « Le but premier était d'utiliser des images et des sons dans des combinaisons et juxtapositions diverses pour susciter chez le spectateur une panoplie d'émotions et d’états psychiques. […] En effet, j'ai travaillé sur la manipulation du son pour guider les émotions du spectateur, sans le détacher de l’image comme le fait la musique. »

Badran Roy Badran propose un film à l’interprétation et au message libre, refusant de se prononcer sur la réaction des spectateurs libanais : « Je laisse les images en grande partie sans interprétation pour qu’elles maintiennent leur pouvoir original et conservent leurs associations multiples avec l’inconscient collectif de l’audience. Je ne raconterai même pas mon interprétation du film car celle du spectateur est aussi valable que la mienne […] Le film transmet à lui seul le message, et le spectateur n’a d’autre choix que de chercher dans les détails pour en retrouver le sens. »

Source: agendaculturel

 

A Play Entitled Sehnsucht - bande-annonce :

partagez cet article par email imprimer cette page