Dernières publications

Rapports sur le cinéma et l’audiovisuel en Egypte, au Maroc, au Liban, en Palestine, en Jordanie et en Algérie

Rapports sur le cinéma et l’audiovisuel en Egypte, au Maroc, au Liban, en Palestine,...

L’amélioration de la compréhension et le renforcement des marchés cinématographiques et audiovisuels constituent une des...
Ce Catalogue de Films pour promouvoir le cinéma arabe

Ce Catalogue de Films pour promouvoir le cinéma arabe

Le programme Euromed Audiovisuel a lancé un nouveau catalogue de longs métrages et documentaires produits entre 2011 et...

01/02/2012

Les documentaires Greenhouse commencent l'année 2012 en beauté

Activités des Contracts de Subvention, Industrie

Les documentaires Greenhouse commencent l'année 2012 en beauté

Les documentaires du projet Greenhouse, soutenu par le programme Euromed Audiovisuel, se portent plutôt bien en ce moment. Trois d’entre eux traitent de fortes histoires se trouvant au cœur du conflit israelo-palestinien.

La semaine dernière, 5 Broken Cameras d’Emad Burnat et Guy Davidi, un documentaire « rafraichissant » sur la résistance pacifique palestinienne, a remporté le World Cinema Documentary Directing Award au Festival du Film de Sundance 2012.

Ce film a été développé dans le cadre de l’édition 2009 du programme Greenhouse. Il  a également remporté en novembre dernier deux prix au Festival international du documentaire d'Amsterdam (IDFA). Tourné durant six ans et ayant coûté à Burnat cinq caméras - cinq caméras cassées - celui-ci présente ses recherches sur les protestations contre une barrière de séparation israélienne en cours de construction dans son village, à commencer par la vie et la mort d'une caméra achetée en 2005 pour filmer la naissance de son fils.

De ces cinq caméras détruites, les deux réalisateurs ont créé une œuvre d'art extraordinaire, affirme le site internet du Sundance Film Festival. 5 Broken Cameras a aussi été invité à participer à de nombreux festivals à travers le monde, parmi lesquels le canadien Hotdocs, le Cinéma du Réel à Paris et Movies that Matter, à La Haye.

Un sacré mois pour les films de Greenhouse sur le conflit israélo-palestinien.

En France, Ameer Got His Gun de Naomi Levaria et Sarre Yogev a remporté le Grand Prix FIPA D'OR au Festival International des Programmes Audiovisuels (FIPA).

Le documentaire raconte l'histoire d'Amir Abu Ria,sur le point de s'engager dans l'armée israélienne malgré son exemption en vertu de l'hypothèse que son enrôlement peut mettre en danger la sécurité israélienne. Mais Ameer, citoyen israélien et arabe musulman, a décidé de s’engager. C’est une manière pour lui d’accéder à l’égalité, d’appartenir à l’Etat dans lequel il vit, au pays qu’il veut aimer.

En attendant, Dolphin Boy des réalisateurs israéliens Dani Menkin and Yonatan Nir, un documentaire sur le pouvoir de guérison par la nature et l'amour, a été nommé pour le Prix International du Film Vert au Cinema for Peace Gala de Berlin, en février.

Dolphin Boy suit l'histoire de Morad, un adolescent d'un village arabe du nord d'Israël qui se renferme complètement suite à une violente agression l’ayant traumatisé. En dernier recours, son père l'emmène se faire traiter dans un lieu entouré de dauphins, à Eilat sur la Mer Rouge. Morad recommence à parler après des mois de silence, mais il oublie son passé et refuse de retourner voir sa mère qui l’attend.

Dolphin Boy fait également partie de la Sélection Officielle de HotDocs 2011. Il a aussi reçu le prix du meilleur documentaire au Festival Mondial de l’Image Sous-Marine 2011, une Mention Spéciale du Jury au Festival International du Film de Jérusalem 2011, et a remporté le Prix du Public au Festival du film juif de Washington 2011.

Enfin, Voice of my Father co-dirigé par Zeynel Dogan et Orhan Eskikoy et produit par Ozgur Dogan de Turquie, un film de la troisième session de Greenhouse, a été sélectionné pour le Festival 2012 du Film International de Rotterdam (IFFR) dans la catégorie Tiger Competition pour longs métrages.

Les lauréats des Prix Tiger Hivos de l’IFFR seront annoncés le 3 février.

Le réalisateur Zeynel Dogan a participé au programme Greenhouse. Son film utilise un mélange de documentaire et de fiction pour raconter l'histoire d'une famille kurde entre 1979 et 2009, dans une exploration de l'identité et des liens de sang dans un pays en transition.

Avec un tel succès, qui ne voudrait pas faire partie de la prochaine édition de Greenhouse ? Documentaristes, à vos claviers. Les candidatures sont encore possibles pour le programme de développement de documentaires, mais se terminent le 20 février. Vite, postulez ici !

partagez cet article par email imprimer cette page