10/01/2013

Hala Lotfy, réalisatrice égyptienne

« Le cinéma égyptien et arabe, se doit d’être un cinéma d’auteur »

Égypte

Hala Lotfy, réalisatrice égyptienne

Après avoir remporté, en décembre au Festival du Film d'Abu Dhabi, le titre de meilleur réalisateur du monde arabe ainsi que le Prix FRIPRESCI, la cinéaste égyptienne Hala Lotfy a aussi décroché le Wihr d’or à la 6ème édition du festival d’Oran du film arabe, pour son premier long-métrage Coming Forth by Day. Cette réalisatrice dynamique et à la créativité débridée, récemment à la tête du mouvement de réalisateurs indépendants égyptiens qui a pris racine au Caire, déjà membre du nouveau réseau de distributeurs sud-méditerranéen MEDIS, ne manque jamais d’imposer du neuf. Elle revient pour le quotidien algérien Horizons sur plusieurs thématiques.  

Quelle est, selon vous, la recette pour réussir un festival du cinéma ?

Je l’ai dit à maintes reprises, la réussite d’un festival ne sera pas en fonction du nombre de films mais en fonction du public qui y prend part. On a besoin de soutien, d’étude et de maturité dans le rapport public-cinéma. Il faut donc travailler d’arrache-pied pour rendre l’événement accessible à tout le monde. Quand le public ira voir les films et participera aux débats, ce sera forcément une réussite.

Pensez-vous que vous méritez le prix que vous avez décroché en Algérie ?

En toute sincérité, je ne m’attendais pas à cette gratification. J’ai été très émue par cette consécration. C’est toujours gratifiant quand on reconnaît votre travail.

Si vous aviez une ou plusieurs choses à refaire ou à améliorer sur Coming Forth By Day (Sortir au jour), qu’est-ce que ce serait ?

Je ne pourrais pas remonter le temps. J’ai réalisé ce film durant une époque précise de ma vie. Certes, j’y ai décelé plusieurs lacunes mais je préfère les garder pour moi. Coming Forth By Day est un film qui relate l’histoire de deux femmes, une mère et sa fille qui s’occupent de leur époux et père malade. Un cliché habituel, n’est-ce pas ?

On dit que la vie est un éternel recommencement. J’ignore si ce sujet a déjà été traité auparavant mais j’espère de tout cœur avoir apporté un regard neuf à cette thématique.

On dit que vous êtes une réalisatrice engagée et rebelle aussi. On sait aussi que vous avez littéralement refusé la participation de votre film au festival du Caire. Pourquoi cette démarche ? 

Tout d’abord, j’aimerais préciser, à mon petit niveau, que le cinéma égyptien et arabe en général, se doit d’être un cinéma d’auteur, de message par opposition au cinéma commercial. Je rejette et dénonce la tendance du cinéma commercial et de divertissement, qui depuis quelques années prend le dessus en Egypte par mimétisme du cinéma hollywoodien.

Est-ce pour votre position que votre film n’a bénéficié d’aucune aide ? 

Du moins pour ce film, je n’ai en effet bénéficié d’aucuns moyens de visibilité. Je souhaite, par ailleurs, la naissance de sociétés de production indépendantes dans les pays arabes, et ce, pour résister aux grosses maisons de production qui imposent leur politique.

Existe-t-il d’autres difficultés qui minent le secteur du cinéma en Egypte ?

Les difficultés ont depuis des lustres existé. On peut citer une difficulté récurrente. Il s’agit du facteur financier et bien d’autres. Pour moi, il est décevant que l’on ne reconnaisse pas la valeur de l’artiste de manière générale.

Quel est votre avis sur le niveau du cinéma algérien et maghrébin de nos jours ?

C’est une question à laquelle il m’est difficile de répondre, vu que je ne maîtrise pas très bien le sujet. Toutefois, je sais qu’après la période post-indépendance, la création dramaturge et cinématographique a accompli un saut qualitatif tant au niveau national qu’international. Le cinéma a remporté un franc succès dans certaines manifestations internationales.

J’estime que l’idéal serait d’aider à perfectionner le savoir-faire des professionnels du cinéma, mettre en confrontation les différentes approches et favoriser la coopération entre les créateurs de l’ensemble des pays maghrébins et arabes.

 

Source : Horizon DZ

partagez cet article par email imprimer cette page