Dernières publications

Rapports sur le cinéma et l’audiovisuel en Egypte, au Maroc, au Liban, en Palestine, en Jordanie et en Algérie

Rapports sur le cinéma et l’audiovisuel en Egypte, au Maroc, au Liban, en Palestine,...

L’amélioration de la compréhension et le renforcement des marchés cinématographiques et audiovisuels constituent une des...
Ce Catalogue de Films pour promouvoir le cinéma arabe

Ce Catalogue de Films pour promouvoir le cinéma arabe

Le programme Euromed Audiovisuel a lancé un nouveau catalogue de longs métrages et documentaires produits entre 2011 et...

17/04/2013

Des jeunes réalisateurs récompensés aux Rencontres de l’Image du Caire

Une semaine de court-métrages et de documentaires s’est terminée au centre culturel du Caire

Evènements et festivals, Égypte

Des jeunes réalisateurs récompensés aux Rencontres de l’Image du Caire

Les jeunes réalisateurs égyptiens ont été récompensés à la fin de cette 9ème édition des Rencontres de l’Image au Centre culturel du Caire ce lundi, après une semaine de projections de court-métrages et de documentaire égyptiens.

May el Hossamy a reçu le Prix du meilleur court-métrage documentaire pour Censored Love, film qui essaie de comprendre pourquoi il est interdit à une musulmane de se marier avec un chrétien au travers d’interviews avec la mère de la jeune femme, un ami âgé de son père (qui demande si la caméra "reflète les images" et si "ça enregistre le son aussi"), des théologiens et avec son bien-aimé. Ce documentaire, réalisé pendant les Ateliers Varan du Caire en 2012 et produit par Semat, a participé au Cinéma du Réel en mars dernier et participera aux Rencontres internationales des cinémas arabes à Marseille en mai. Ce prix lui permet d’être invitée au Festival international de cinéma de Marseille en juillet, ainsi que de suivre des cours à l’école de cinéma de La Fémis à Paris cet été.

La laiterie de la vallée du Nil de Mohamad el Hadidi a reçu le Prix du meilleur court-métrage de fiction, et Islam Kamal a reçu le Prix de la meilleure photographie remis par le Goethe Institute du Caire pour son travail sur le film surréaliste d’Emad Maher Zakaria. Ces prix permettent à tous deux de participer au Festival de cinéma méditerranéen de Montpellier en octobre prochain.

Le Prix spécial du jury est revenu à Catharsis : a Self-Portrait, le second court-métrage d’Alia Ayman après Ravings. Cette jeune réalisatrice de 22 ans a tourné une grande partie de Catharsis aux États-Unis pour un atelier qu’elle suivait à l’université de New York, son ami Mostafa Talaat lui envoyait les images dont elle avait besoin par Dropbox.

Le Prix du public est quant à lui revenu au premier long-métrage documentaire d’Hanan Abdallah, In the Shadow of a Man. Ce film, commissionné par ONU Femmes et coproduit par Louis Lawerne et Zero Productions, donne la parole à quatre égyptiennes venant de milieux radicalement différents à l’aube de la révolution de janvier 2011. À sa projection, le public s’est amusé de l’audace de Wafa, une femme divorcée de 69 ans qui déclare au début du film "je n’aime pas les hommes" et est resté bouche bée devant Shahinda, militante de longue date pour les droits des agriculteurs. L’amie de Suzanne qui porte le niqab mais défend avec ardeur le droit des femmes à participer au parlement a aussi impressionné les spectateurs, tandis que Badreya les a fait rire quand elle explique qu’elle n’a pas pu voter aux élections nationales de 2011 car elle devait aider l’une de ses vaches à vêler.

Ce film a déjà reçu le Prix du meilleur réalisateur à Doha (où Abdallah avait déjà présenté Wafa et Badreya) et la mention spéciale du jury à Ismailia en 2012 après avoir été projeté en avant-première à la Berlinale. Ce documentaire sera prochainement projeté à Londres, au Caire et au Festival international de documentaire à Agadir qui se tiendra du 22 au 28 avril.

Mais ces films font partie des rares qui ont interpellé les spectateurs, les ont fait rire, ou applaudir tout au long de cette semaine de projections.

Le public a également ri devant A Man Since a Long Time de Mahmoud Yousry, un court-métrage documentaire qui porte un regard humoristique sur les jeunes hommes qui convoitent des femmes qui leurs sont interdites jusqu’au mariage. Les spectateurs ont tous retenu leur souffle devant le court-métrage A Decent Living de Tamer Ashry lorsqu’Ahmed, jeune technicien de traitement des eaux-usées, descend dans la fosse sceptique bouchée d’une vieille maison de village pour en vider le contenu à mains nues.

Les applaudissements ont retenti dans la salle à la fin de Behind the Door d’Adham el-Sherif, film dans lequel un petit garçon se retrouve tout seul un soir chez lui avec un monstre qui l’observe de derrière la porte. Plusieurs professionnels de l’industrie du cinéma se sont jetés sur el-Sherif pendant l’entracte pour lui offrir leur aide sur un prochain projet.

L’apparition de feu Mina Daniel, militante chrétienne et "martyre" de la révolution égyptienne, a été saluée par le public dans Reporting a Revolution de Bassem Mortada, documentaire produit par le groupe privé al-Masry al-Youm qui avait été projeté en avant-première à la Berlinale en 2012.

Pendant la dernière journée de projection, l’un des spectateurs a été interloqué par l’intrigue trop prévisible de l’un des films et a questionné la qualité du jeu de ses acteurs, tandis que les scènes de sexe du film qui a clôturé l’évènement, Les Ravissements du réalisateur français Arthur Cahn, a mis le public mal-à-l’aise, l’un des spectateurs ayant même laissé échappé un "que Dieu nous pardonne !".

Dans l’ensemble, cela aura été une semaine divertissante.

Alice Hackman

 

In the Shadow of a Man – Bande-annonce 

partagez cet article par email imprimer cette page