18/06/2013

Le cinéma d'animation arabe résiste malgré le manque de moyens

La troisième édition du festival du film Beirut Animated s'achève aujourd'hui

Evènements et festivals, Liban

Le cinéma d'animation arabe résiste malgré le manque de moyens

La troisième édition du festival d'animation de Beyrouth, qui a commencé le 14 juin, s'achève aujourd'hui. Parmi la sélection internationale, une séance a été réservée aux courts métrages d'animation arabes. Tour d'horizon de cette projection.

Le constat est sans appel. Les professionnels du milieu l'ont répété lors d'une conférence sur l'animation dans le monde arabe : dans la région, le cinéma d'animation manque de moyens.

Les organisateurs du Beirut Animated Festival Rabih el Khoury et Sara Maali font le bilan :  « Au Liban, il y a des expériences, mais pas de véritable production. Malheureusement, il n'y a aucune école qui ait un cursus uniquement dédié à l'animation, mais plusieurs universités offrent des cours reliés d'une façon ou d'une autre à l'animation. Les moyens restent très limités, les animateurs travaillent seuls sur les projets respectifs et s'autofinancent. Et la situation dans le reste du monde arabe n'est pas meilleure qu'au Liban ».

Les films présentés lors de la section spéciale films arabes n'ont effectivement pas nécessité de gros moyens, mais du temps. Les techniques utilisées sont mixtes : compositing, motion graphic, stop motion, dessin traditionnel, film...

Face aux moyens restreints, les animateurs ne manquent pas d'idées pour innover. Les thèmes sont universels, personnels ou politiques mais bien souvent pessimistes. Même l'humour y est noir ou cynique comme dans le court métrage en pâte à modeler Ceci n'est pas un jeu vidéo ou encore dans Hiffili-berber wedding, tous les deux venus de Tunisie.

Très remarqué également, Canvas on mixed media du syrien Jalal Maghout, gagnant du concours de courts-métrages MADE in MED d'Euromed Audiovisuel et ayant pris part au Short Film Corner du festival de Cannes cette année nous plonge dans l'horreur de la guerre.

Ce n'est pas le seul film en accord avec l'actualité de son pays : L'Marayet (Tunisie) ou dans un autre style la Tour de Burj el Murr (Liban) abordent l'histoire et la politique de leur pays. Révolutions, guerre, chanson et calligraphie arabes, une majorité des courts métrages projetés présentaient un fort sceau identitaire.

Peut-être une volonté des animateurs, dont beaucoup ont étudié dans des pays européens ou nord-américains. Un passage presque obligé dans des pays où les formations du genre sont quasi inexistantes. Les organisateurs ajoutent qu'en plus d'écoles, il faudrait « surtout des débouchés professionnels pour les nouveaux diplômés tout comme les auteurs indépendants : au Liban par exemple, ils doivent passer par le commercial et les studios de publicité pour arriver à faire des projets qui leur tiennent à cœur par la suite ».

Autre nécessité selon plusieurs professionnels : former les élèves à l'image dès le plus jeune âge. En éduquant les plus jeunes et en comptant sur la persévérance des animateurs, le monde arabe pourrait peut-être à terme voir éclore des longs métrages d'animation. 

 

Anaïs Renevier

 

Photo : Metropolis Cinema

Pour plus d'informations sur le Beirut Animated Film Festival, veuillez cliquer ici et ici.

partagez cet article par email imprimer cette page