29/06/2013

Les professionnels du cinéma essaient de fuir le conflit

Le nombre d’acteurs syriens quittant le pays ne cesse d’augmenter

Industrie, Syrie

Les professionnels du cinéma essaient de fuir le conflit

Depuis que le conflit a débuté en Syrie, un grand nombre d’acteurs, de réalisateurs et de producteurs ont quitté le pays, reporte Asharq Al-Awsat.

Certains sont partis de manière définitive, d’autre font des allers retours entre Syrie et Liban, Égypte ou Dubaï.

Les observateurs ont noté que le drame syrien est le plus grand perdant sur la scène culturelle syrienne dû au nombre croissant d’acteurs quittant le pays.

Tout comme la plupart des investisseurs, les producteurs de télévision ont quitté le pays pour réaliser la saison 2012-2013 des séries télévisées dans des pays voisins, un changement considéré comme ayant un impact négatif sur l’industrie de la télévision nationale.

L’industrie de la télévision est l’une des sources de revenus la plus importante de Syrie, embauchant des milliers de jeunes syriens tout en développant les secteurs de la culture et du tourisme.

Basil Khatib, réalisateur syrien connu, a avoué à Asharq Al-Awsat qu’il préférait rester en Syrie malgré les nombreuses offres lui proposant de tourner des séries télévisées à l’étranger. Au début de la crise, il avait déjà annoncé qu’il ne fuirait pas : "je refuse de quitter le pays après tout le soutient et les encouragements qu’ils nous ont apportés."

D’un autre côté, l’acteur Mohamed Al-Jarrah de la ville d’Aleppo, pense lui qu’il est normal de quitter le pays par les temps qui courent, car les acteurs sont des gens comme les autres, ils essaient de trouver un endroit plus sûr pour leurs familles.

Il dénonce également le fait que les sociétés de productions contrôlent les déplacements des acteurs. L’année dernière par exemple, puisque la  plupart des producteurs  étaient restés dans le pays, tout le travail a été tourné en Syrie. Cette année cependant, la plupart des sociétés de productions font leurs séries à l’étranger, principalement au Liban et aux Emirats arabes unis.

 

Source et photo: Asharq Alawsat

Traduit de l’anglais par Laure Deschamps

partagez cet article par email imprimer cette page