07/12/2013

Peace After Marriage : jihad sexuel et conflit israélo-palestinien à New-York

Le second long-métrage du réalisateur jordano-américain Ghazi Albuliwi en ouverture du Cinemamed

Evènements et festivals

Peace After Marriage : jihad sexuel et conflit israélo-palestinien à New-York

Ayant récemment reçu le Prix du public au festival Cinemed à Montpellier, la comédie cosmopolite du réalisateur jordano-américain Ghazi Albuliwi, Peace after Marriage, a fait une ouverture remarquée au festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles vendredi.

Peace after Marriage, aussi appelé Only in New York, c’est l’histoire de la quête d’amour d’Arafat (Ghazi Albuliwi), arabe trentenaire habitant à New York et d’origine palestinienne. Habitant chez ses parents (Hiam Abbas et Hany Kamal) qui désespèrent de le voir se marier et tentent de forcer le destin en organisant des rencontres arrangées, Arafat se désespère et se console grâce à des poupées gonflables ou des sites pour adultes qui sont devenus une véritable obsession contre laquelle il ne peut lutter. Décidant de se reprendre et sur le conseil d’un ami (Thom Bishops), il décide de faire un mariage blanc, qui lui permettra de prendre son indépendance, de gagner de l’argent et de – peut-être – conclure enfin avec une femme. Mais l’heureuse élue (Einat Tubi) est juive israélienne, et le choc des cultures et des familles n’en sera que plus difficile...

Pour son deuxième long-métrage après West Bank Brooklyn en 2002,  Ghazi Albuliwi réussit son pari : faire rire le spectateur en se jouant subtilement du politiquement correct (« C’est la première fois que le sperme d’un Palestinien cause des morts en Israël », commente Arafat) et des clichés new-yorkais, palestinien, isralien, juif et arabe.  

Cette coproduction France-Turquie-États-Unis est un cocktail détonnant qui ferait même passer le réalisateur et acteur Ghazi Albuliwi pour le Woody Allen palestinien, se questionne le journal israélien Hareetz. Et pourrait même permettre d’aborder le conflit israélo-palestinien d’un autre œil : « je suis en faveur d’un jihad sexuel. Je pense qu’il devrait y avoir d’énormes orgies entre Arabes et Juifs », expliquait le réalisateur lors de la première du film au festival d’Abu Dhabi…

Produit par Good Lap Production et Peace After Marriage LLC, Peace After Marriage est actuellement en compétition pour plusieurs récompenses dont le Prix du jury, le Prix du Public et le Prix Cineuropa, et continuera prochainement sa tournée des festivals internationaux.

partagez cet article par email imprimer cette page