02/09/2014

Des films égyptiens, libanais et jordaniens participent à l'atelier de postproduction de Venise

Y sont présentés les films I Have a Picture de Mohamed Zedan, A Maid for Each de Maher Abi Samra et The Council de Yahya Alabdallah.

Evènements et festivals, Égypte, Liban, Jordanie

Des films égyptiens, libanais et jordaniens participent à l'atelier de postproduction de Venise

Des six films africains participant cette année à l'atelier de postproduction Final Cut du festival du film de Venise, trois sont des documentaires originaires de pays sud-méditerranéens.

Le film égyptien I Have a Picture de Mohamed Zedan retrace les recherches dans l’histoire du cinéma égyptien menées par le réalisateur, par Mutawee Eweis, l’un des plus anciens figurants du cinéma égyptien et par son ami, l’assistant-réalisateur Kamal El Homossany, avec lequel le réalisateur s’est livré à un bras de fer tout au long du tournage.

Dans une interview pour l'atelier, Zedan affirme que « les figurants du cinéma l’ont toujours fasciné ». « Comme beaucoup le savent, les personnes qui travaillent à l’arrière-plan du film sont les membres les plus marginalisés de la distribution. Les figurants ne peuvent pas influencer le déroulement du film et n’ont aucune marge d’expression ».

En 2013, le film I Have a Picture a participé au DOCmed, un programme d’aide au développement de documentaires cofinancé par Euromed Audiovisual.

En décembre dernier, Zedan était aussi présent au festival du film de Dubaï en tant que l’un des six réalisateurs alexandrins ayant réalisé le long-métrage en six volets The Mice Room.

Le réalisateur jordanien Yahya Alabdallah est lui aussi présent avec son film The Council. Ce documentaire nous raconte l’histoire du comité des étudiants d’une école pour des réfugiés palestiniens en Jordanie : la campagne électorale, les promesses adressées aux camarades de classe et les obstacles les empêchant d’atteindre leur but.

Le premier long-métrage de fiction d’Alabdallah, The Last Friday (2011), a pris part à plusieurs festivals de films, dont le festival du film de Dubaï en 2011.

Le film A Maid for Each du réalisateur libanais Maher Abi Samra se présente sous forme d’enquête sur les conditions de vie de certains des 200.000 travailleurs domestiques au Liban.

« Dans ce film, j’ai voulu analyser la situation sur le marché du travail des femmes asiatiques et africaines et interpeler la société libanaise qui a intégré ce commerce institutionnalisé de femmes à tel point qu’il est devenu indispensable à leur vie quotidienne », explique le réalisateur.

L’année passée, le réalisateur égyptien Ibrahim El Batout a pu réaliser la postproduction de son dernier long-métrage The Cat grâce aux fonds Final Cut du marché du film de Venise.

Le 71e festival international du film de Venise, organisé par La Biennale di Venezia, a lieu du 27 août au 6 septembre 2014 sous la direction d’Alberto Barbera.

 

Sources : Ahram Online, Festival du film à Venise

Photo : I Have a Picture

Traduction : Lynn Schammel

partagez cet article par email imprimer cette page