16/10/2014

Les scénaristes arabes repartent de Djerba avec de nouveaux outils en script editing dans leurs valises

Le premier atelier Socrates pour scénaristes et script editors organisé par Euromed Audiovisuel en Tunisie s’achève

Activités du programme, Actualités d’Euromed Audiovisuel, Tunisie

Les scénaristes arabes repartent de Djerba avec de nouveaux outils en script editing dans leurs valises

L’atelier Socrates d’Euromed Audiovisuel pour scénaristes et script editors s’est conclu dimanche dernier à Djerba. Organisé en coopération avec l'Institut français de Tunis, l'atelier n'est que le début d'une initiative novatrice qui durera jusqu'à la fin de l'année et permettra de développer les compétences des script editors en les jumelant à des scénaristes.

« J'ai participé à de nombreuses initiatives de formation et de séminaires dans ma vie », a déclaré le cinéaste libanais Meedo Taha, qui a participé à la formation comme scénariste, avec un scénario de film. « Socrates est le meilleur atelier auquel j'ai jamais participé. Il n'y a pas eu de théorie inutile, seulement un travail pratique et du coaching. Chaque moment a été utilisé de la meilleure façon possible. »

Au cours des prochains mois, les scénaristes participants continueront à travailler sur les nouvelles versions des scénarios de leurs longs-métrages de fiction. Chacun a été jumelé avec un script editor, qui fournira ses commentaires sur la base de ces nouvelles versions, sous la direction en ligne d'Isabelle Fauvel et du cinéaste marocain Faouzi Bensaïdi.

La scénariste et réalisatrice marocaine Rita El Quessar fait part de son enthousiasme : « Les tuteurs et les organisateurs étaient tout simplement merveilleux. Il n'y a pas eu de condescendance. Les deux formateurs ne vous disent pas ce qu'il faut faire ou ne pas faire, ce qu'il faut penser ou ne pas penser. Cet élément était extrêmement important, car les tuteurs essayent souvent, de manière inconsciente, de transférer leur frustration ou leurs désirs sur votre projet ».

« J'ai postulé à Socrates, car il n’existe pas de cours de formation pour script editors dans le monde arabe », a ajouté l’égyptien Ahmed Shawky, participant à la formation comme script doctor. « Je travaille pour une société [de production de films] et mon travail consiste à lire des scénarios et à suivre leur développement pour que ces scénarios deviennent des films. Ce n'est pas une activité formelle, et je souhaitais être placé dans un environnement plus structuré pour améliorer mes compétences et rencontrer d'autres professionnels. »

La participante jordanienne Deema Azar, qui a pris part à la formation comme script editor, a souligné la nécessité de maintenir l'initiative : « Je suis en charge du département Formation à la Royal Film Commission – Jordanie », a-t-elle expliqué. « Ma motivation pour participer à cet atelier était de mieux apprendre à lire et à analyser un scénario. Nous avons besoin de pratique, de travailler avec de vrais scénarios et scénaristes. Cette initiative permettra de reconnaître la profession de script editor dans le monde arabe. »

« Comme beaucoup d'autres collègues au séminaire, je n’ai pas été dans une école de cinéma traditionnelle pour apprendre l'écriture de scénarios », a ajouté la productrice égyptienne Kismet El Sayed, qui a participé comme script editor. « Pour nous, cette formation a été une occasion unique qui nous a permis d’être placés dans un environnement professionnel et d'apprendre l'écriture et l'édition de scénarios avec de vrais scénarios. Je me sens beaucoup plus à l'aise pour travailler dans ce domaine qu'auparavant. »

La productrice libanaise Elyssa Skaff, qui a également participé comme script editor, a particulièrement apprécié les commentaires du groupe : « Nous apprenons les uns des autres et ce processus de collaboration est exactement ce qui fait souvent défaut dans notre travail quotidien. Je comprends mieux maintenant ce qui fait un bon scénario et un mauvais scénario, mais, plus important encore, je comprends que chaque scénario peut être amélioré ».

La relation entre un scénariste et son script editor est fondamentale pour le développement d'un film, selon Isabel Fauvel, directrice des études Socrates, qui a plus de 20 ans d'expérience dans le secteur du film et a mis en place des dizaines d'initiatives de formation liées au cinéma en Europe et le monde arabe.

« C'est la première fois que nous réunissons des script editors et des scénaristes pour les faire travailler ensemble. Nous avons eu beaucoup de chance, car les groupes étaient composés de personnes extrêmement talentueuses qui ont joué le jeu avec curiosité, ouverture d’esprit, professionnalisme et motivation ».

partagez cet article par email imprimer cette page