12/12/2014

Le drame sur la prostitution de Nabil Ayouch, Expired, sort en 2015

Son prochain film Razzia, une science-fiction sur une élite coupée de la pauvreté massive, est en développement

Industrie, Maroc

Le drame sur la prostitution de Nabil Ayouch, Expired, sort en 2015
Selon Variety, Nabil Ayouch, réalisateur international le plus connu du Maroc, est actuellement à Marrakech pour le tournage d'un drame social frappant sur ​​la prostitution. A la suite des Chevaux de Dieu qui décrivait un groupe de jeunes hommes grandissant dans la pauvreté, le projet actuel d’Ayouch portera sur quatre femmes prostituées marginalisées vivant à Marrakech.
 
Le film est une coproduction franco-marocaine impliquant New District, une nouvelle compagnie marocaine basée à Casablanca, la société de production d’Ayouch, Ali n’ productions, et les maisons de production françaises Barney productions et Les Films du Nouveau Monde (qui ont également co-produit Les Chevaux de Dieu et My Land).
 
« J’ai décidé de maintenir un petit budget afin de préserver ma liberté d'expression », explique Ayouch.
 
Bien que la prostitution soit un phénomène très répandu au Maroc, c’est aussi un tabou social. Ayouch a présenté le projet à deux reprises au Centre Cinématographique Marocain (CCM), mais a été rejeté à chaque fois et a donc décidé de continuer seul.
 
Il a commencé ses recherches sur le sujet il y a 18 mois, en interrogeant d'abord des prostituées à Marrakech et a fini par interroger plus de 100 prostituées à Casablanca, Rabat et Tanger, pour parler de leurs antécédents personnels et de ce qui les conduit à une telle situation.
 
« Je veux aller sous la surface et montrer la vraie vie de ces femmes, qui sont extrêmement mal traitées. Beaucoup de gens viennent à Marrakech pour le sexe, des pays du Golfe, d’Europe. Ils traitent extrêmement mal ces femmes. Ils ont une sorte de complexe de supériorité, simplement parce qu'ils ont de l’argent, ils pensent qu'ils peuvent tout acheter ».
 
Le film montrera la relation entre les prostituées, leur famille et la société en général, y compris la façon dont certaines familles poussent les enfants à se prostituer.
 
Comme dans son film précédent, les Chevaux de Dieu, la misère et la pauvreté y jouent un grand rôle, tout comme les accidents personnels du destin. Mais au lieu de conduire à la violence externe, par l'intermédiaire de bombardements, les prostituées souffrent de la violence intérieure associée à leur sort.
 
« Dans les deux cas, les personnages principaux sont marginalisés. J’ai toujours été attiré par ce thème. Cela me tient vraiment à coeur, d’essayer de décrire ceux qui vivent dans l’ombre, les gens qui ont beaucoup de choses à dire et à exprimer. Nous ne voulons en général pas les entendre, même si ce qu'ils ont à dire est très important ».
 
Le tournage principal a commencé fin octobre et doit s’achever le 15 décembre. L'équipe est de taille moyenne, avec des techniciens du Maroc, de la France, Belgique et Tunisie. Chaque scène est filmée à l'aide de deux à trois caméras Sony PMW- F55 CineAlta 4K.
 
Ayouch a choisi un style de prise de vue très réaliste qu'il décrit comme « fictions du réel ». Le casting est un mélange d'acteurs professionnels et amateurs, et une grande partie du dialogue est improvisée.
 
« À l'heure actuelle nous voyons un nouveau genre de cinéma venant des États-Unis et d’Europe, qui nous fait croire que nous sommes en plein milieu de la réalité. Les gens ne s’attendent généralement pas à voir ce style de cinéma dans le monde arabe » dit-il.
 
Ayouch a aussi récemment reçu une subvention de 500.000$ du CCM pour son projet long métrage suivant, Razzia, écrit par Jamal Belmahi, scénariste des Chevaux de Dieu.
 
Razzia est très différent d’Expired. C’est un film de science-fiction décrivant ce à quoi ressemblera le monde arabe d’ici 50 ans.
 
Ayouch travaille avec des architectes, et en combinant des peintures et des effets spéciaux 3D pour que la ville de l'intrigue ressemble à un mélange de bâtiments traditionnels et de haute technologie.
 
L'intrigue se concentre sur un petite élite privilégiée, vivant dans des enclaves de haute sécurité et coupée d’une pauvreté massive, avec un personnage principal de chaque milieu.
 
Source : Variety

Traduction : Louise Cachot

partagez cet article par email imprimer cette page