30/12/2014

Tournage d’El Ott : un cerf-volant, un couvre-feu et des dattes du jardin de M. Fishawy

En septembre 2013, nous avons visité le plateau du nouveau thriller d'Ibrahim el Batout, El Ott

Industrie, Égypte

Tournage d’El Ott : un cerf-volant, un couvre-feu et des dattes du jardin de M. Fishawy

Le soleil est haut dans le ciel au-dessus des pyramides, sur le plateau de sable juste à l'extérieur de la métropole du Caire. Les techniciens se serrent à l'ombre clairsemée des camionnettes d'équipement. Un chariot de caméras a été mis en place sur le sable, et quelqu'un a minutieusement frotté du café sur un banc en bois pour le faire paraître vieux.

Mais les acteurs qui doivent s’asseoir sur ce banc ne sont pas là. Et le réalisateur, ne faisant pas du tout ses 50 ans dans un t-shirt violet, short kaki et lunettes de soleil blanches et rouges élégantes, est occupé à faire du cerf-volant.

Le cerf-volant monte très haut puis glisse vers le bas dans une figure en huit parfaite. « Je peux aussi faire des loopings si vous voulez » suggère le réalisateur à son jeune cadreur, Tarek Hefny (Microphone, Rags et, plus récemment, Decor).

Ici, à la lisière sud de la capitale égyptienne, où les anciens Egyptiens ont construit des tombes pour leurs pharaons, nous sommes sur le plateau du dernier long-métrage du réalisateur égyptien Ibrahim el Batout, El Ott (anciennement Cat). C’est un thriller d'action où Amr Waked (qui a récemment embrassé Scarlett Johansson dans Lucy) joue un gangster amateur surnommé El Ott, ou « le Chat », qui décide de faire tomber un gang kidnappant des enfants pour récolter leurs organes, dont le dirigeant est joué par Salah el Hanafy. Un mystérieux personnage, joué par Farouq el-Fishawy, surveille toute l’histoire.

Après une carrière comme caméraman dans les zones de guerre, Batout refuse une autre affectation en Irak et se tourne vers les longs-métrages début 2004. Entre 2004 et 2009, il produit Ithaki, Eye of the Sun (décoré à Taormina) et Hawi, en dehors de l'industrie du film grand public, souvent sans budget, autorisations de tournage ou scénario complet, s’appuyant plutôt sur l'aide de ses collègues artistes et des communauté des lieux de tournage .

Aujourd'hui, il inspire toute une génération de cinéastes à lui emboîter le pas et faire les films qu'ils veulent, au-delà de l'industrie du film grand public, même avec un budget quasi inexistant. Sa jeune équipe de Hawi, par exemple, a fini par produire The Mice Room sans budget et l’a présenté à Dubaï en 2013.

En 2011, quand les manifestations contre Moubarak ont éclaté, Batout a filmé une partie de Winter of Discontent parmi les vrais manifestants sur la place Tahrir. Le film, son premier à être produit par Zad, la société d’Amr Waked et de Salah el-Hanafy, décrit un portrait sombre de la torture organisée par l'Etat sous Moubarak. Il a reçu une standing-ovation à Venise, des prix à Montpellier et a été mis en avant comme représentant de l'Egypte pour les Oscars 2014. El Ott est le deuxième long-métrage de Zad et présente encore les deux acteurs.

Avec les pyramides du plateau d’El Ott en décor, Batout et Hefny filment les dernières prises du cerf-volant, et bientôt Amr Waked et Farouq el-Fishawy prennent leur place sur le banc. « Action ! » crie le réalisateur, et l'équipe se tait alors qu’Hefny et sa caméra sont poussés sur le sable.

Vers la fin de l'après-midi, les policiers sont arrivé derrière les camionnettes d’équipement et se sont disputé avec la production pour que l'équipe quitte le plateau de sable avant la nuit. Il ne fait pas encore sombre, et ils rendent le tournage presque impossible dans les dernières bonnes heures de lumière. Mais Batout garde son sang-froid et parvient à capturer la dernière prise.

L’équipe s’empile dans des minibus, et nous voilà partis à l'emplacement suivant qui sera le dernier de la journée : un arrêt de bus sur le Nil, 15 kilomètres à travers le trafic du Caire. Nous sommes en septembre 2013 et l'Egypte est sous couvre-feu militaire imposé, de sorte que tous les membres de l'équipe doivent être rentrés pour 23 heures. Mais alors que le crépuscule descend, le minibus est coincé dans à un carrefour sur la route principale venant des pyramides pour se rendre au Nil. Alors que le frère du réalisateur, Mahmoud, un ingénieur du son et son partenaire de longue date dans le cinéma prennent le volant, Batout descend pour diriger le trafic lui-même.

Quelques heures plus tard, le tournage au second emplacement est en cours. Sur la plate-forme flottante pour les bus sur le Nil, l'acteur Amr Waked, mince et athlétique, rebondit au son de la musique mahragan retentissant d'un bateau à proximité, relaxe ses épaules et bouge la tête de gauche à droite.

« Action ! » crie Batout. « Action ! » répètent une tripotée de filles gloussant, regardant par-dessus la rambarde d'un bateau à proximité. « C’est Ibrahim el Abyad ! » chuchotent avec enthousiasme des adolescents en t-shirts moulants de la rue au dessus, faisant référence à un film égyptien culte dans lequel joue Waked, même si il n’est pas le personnage principal.

Dans la peau de son personnage El Ott, Waked marche lentement sur le quai, alors qu’un bus s’arrête pour déposer des passagers. Il saute dans le bateau. Une jeune femme extra sort et regarde droit dans la caméra. « Coupez ! » crie le réalisateur. La jeune fille est gênée, car ils doivent faire une autre prise. Un jeune homme en conception de production la taquine de loin.

Seulement quelques heures avant le couvre-feu, le réalisateur et l'équipe flottent sur la poupe du bateau-taxi pour préparer la dernière prise. Sur le quai, quelqu'un fait le tour avec un plateau présentant des piles de dattes fraîches.

« Quelqu’un veut des dattes ? » demande-t-il aux membres de l'équipe. « Elles viennent du jardin de Monsieur Fishawy. »

Après avoir fait sa première mondiale à Abu Dhabi, El Ott est attendu dans les salles égyptiennes ce mois de janvier. Pour en savoir plus sur le tournage du thriller, nous vous invitons à visionner notre making-of.

 
Alice Hackman

Image : El Ott de Ibrahim el Batout

Traduction : Louise Cachot

 

El Ott de Ibrahim el Batout -- bande annonce :

partagez cet article par email imprimer cette page