01/03/2012

Supervision de Tunis à Barcelone de six projets transmédiatiques sous la houlette du projet Dia Sud Med

De jeunes créateurs s'expriment sur leur quotidien et leurs liens familiaux

Activités des Contracts de Subvention, Tunisie

Supervision de Tunis à Barcelone de six projets transmédiatiques sous la houlette du projet Dia Sud Med

Six projets transmédiatiques ont été sélectionnés dans le cadre du projet Dia Sud Med cofinancé par le programme Euromed Audiovisuel III. Un Jury composé de professionnels experts du transmédia - le traitement de divers sujets en recourant à divers médias - s’est réuni à Tunis les 2 et 3 février derniers pour évaluer les 16 projets présentés par les étudiants de trois différentes écoles: l’ESAV à Marrakech, l’ISAMM à Tunis et l’ALBA au Liban. Les six projets retenus seront accompagnés dans leurs phases d’écriture et de pré-production et seront « pitchés » dans le cadre du festival MEDIMED qui se tiendra à Barcelone en octobre 2012.

 

Laalou 1981 

Laâlou 1981 de Lamisse Khairat (Maroc) :

Noyé au beau milieu des tombes du cimetière Achouhada de Rabat et jouissant d’une vue imprenable sur l’océan, Laâlou a été le lieu de séjour forcé de centaines de résistants et de militants politiques marocains. Parmi eux : Allal El Fassi, Mehdi Ben Barka, Abderrahim Bouabid, Abderrahman El Yousfi… Aujourd’hui, cinq siècles après sa construction, Laâlou  renoue avec son passé et s’apprête à être transformé en musée de l’histoire militaire marocaine, alors que nombre de ses anciens pensionnaires, comptant une multitude de détenus politiques, tenaient à ce qu’il soit préservé comme un lieu de mémoire. Laâlou 1981 (titre provisoire), est un web-fiction documentaire qui va tenter de tracer un portrait de l’unique bagne officiel des années de plomb en combinant  fiction, animation, témoignages et archives, le tout sous une forme interactive. Il s’agira en somme d’une façon agréable et ludique de revenir sur quelques événements importants de l’histoire du Maroc sous le régime d’Hassan II.

 

iMOROCCAN 

I’Moroccan de Abderrafia El Abdioui et Mehdi Bouzoubaa (Maroc) :

Une série web de vingt épisodes d’une durée de 2’30 et suivant les pérégrinations de quatre personnages fictifs : Hmed, vingt ans et jeune écolo dingo ; Fakhita, la quarantaine, mère poule et moqueuse ; Rachid, trentenaire endurci et professeur de fac ; et Aicha, vingt ans, plastique bien roulée et caissière dans un super marché. I’Moroccan verra ces quatre personnages confrontés à plusieurs situations qui révèleront progressivement leur personnalité.

 

Mon trajet Quotidien 

Mon trajet quotidien d’Imen Afli & Firas M'Zougi  (Tunisie) :

Ce projet faisant la part belle à l’écriture interactive permettra de retracer les trois heures de trajet quotidien domicile-université des deux étudiants tunisiens, en proposant à l’internaute de se mettre dans leur peau et de partager leur regard sur les situations rencontrées tout le long du parcours. Au cours de ce voyage interactif, l’internaute sera pleinement mis en situation et confronté aux bus bondés, au harcèlement sexuel, au vol, au retard des bus, à des situations d’incivilité tels que le refus d’un passager de donner sa place à une femme enceinte ou à une personne âgée ou encore le manque de respect de femmes aisées envers certaines classes sociales, la mendicité, des réactions d’intolérance devant des scènes de jeunes couples s’embrassant, etc.

 

All In! 

ALL IN! d’Achref Amri et Zied Litayem (Tunisie) :

ALL IN est un projet visant à donner la possibilité aux internautes de s’immiscer dans le monde de la chanson et du spectacle vivant à travers un casting virtuel sur internet.

 

Our Beirut 

Our Beirut d’Nivine Yakzan, Mira Haddad, Elizabeth Makhoul et Elia El Haddad (Liban) :

Avant la guerre civile, le centre-­ville de Beyrouth était le cœur du pays et voyait des citoyens de toutes les régions et de toutes les classes sociales se côtoyer. La guerre l’a mené à sa destruction et les promoteurs
immobiliers l’ont aujourd’hui transformé en un quartier de luxe et de tourisme.
Beaucoup de Libanais sont désormais nostalgiques de ce vieux Beyrouth. OurBeirout.com est un documentaire contributif et propose aux gens de partager leurs  histoires et souvenirs sur ce quartier dans le but de former une mémoire collective.

 

The tree of forbidden love 
 The tree of forbidden love de Mohamed Sabbah, Myrna Alies, Nour Tayeh et Sahar Khoury (Liban) :

Dans un pays où les histoires d’amour impossibles se comptent à la pelle, un site web et une communauté seront créés pour accueillir des témoignages et les transformer en courts métrages via un réseau de réalisateurs. Ces contributions et leurs pendants artistiques viendront ainsi alimenter  un « arbre de l’amour » qui renaîtra au fur et à mesure que les histoires seront transformées en films.

partagez cet article par email imprimer cette page