Dernières publications

Rapports sur le cinéma et l’audiovisuel en Egypte, au Maroc, au Liban, en Palestine, en Jordanie et en Algérie

Rapports sur le cinéma et l’audiovisuel en Egypte, au Maroc, au Liban, en Palestine,...

L’amélioration de la compréhension et le renforcement des marchés cinématographiques et audiovisuels constituent une des...
Ce Catalogue de Films pour promouvoir le cinéma arabe

Ce Catalogue de Films pour promouvoir le cinéma arabe

Le programme Euromed Audiovisuel a lancé un nouveau catalogue de longs métrages et documentaires produits entre 2011 et...

04/04/2012

Algérie : la relance du cinéma ne pourrait pas de faire « sans l’implication des pouvoir publics », dit Mouloud Mimoun

Industrie, Algérie

Algérie : la relance du cinéma ne pourrait pas de faire « sans l’implication des pouvoir publics », dit Mouloud Mimoun

La relance du cinéma algérien ne saurait se faire sans « l’intervention et l’implication des pouvoirs publics », par la mise en place d’une stratégie axée, notamment sur la formation, la réouverture des salles de cinéma et la mise sur pied d’organismes de production et de diffusion, a estimé, hier à Tizi Ouzou, M. Mouloud Mimoun, critique cinématographique et directeur du festival de Paris «Cinéma du Maghreb».

Pour M. Mimoun, le « recul du cinéma algérien a commencé dans les années 1990, période durant laquelle le cinéma algérien était en retrait à cause du terrorisme et du démantèlement ». « Les cinéastes se sont retrouvés projetés dans la nature, alors que la fermeture des salles de cinéma a induit la suppression des recettes des guichets, qui permettaient d’avoir un fonds de soutien et de financement du cinéma », a-t-il ajouté.

Ce critique cinématographique pense, par ailleurs, que la relance du cinéma algérien est tributaire de la mise en place, par l’Etat, de « lois et d’institutions pour la promotion du 7ème art, qui vont offrir aux cinéastes la possibilité de produire ». Un cinéma de qualité passe également par la création d’écoles de formation aux métiers du cinéma, a-t-il déclaré, observant qu’il est « essentiel que les jeunes cinéastes soient formés pour apprendre l’écriture cinématographique et ses codes ».

 

Source : elmoudjahid.com

partagez cet article par email imprimer cette page