12/06/2012

Faouzi Bensaïdi, réalisateur de Mort à vendre

« On vient du Maroc, notre film n'est pas attendu »

Trois jeunes losers marocains, prisonniers entre monts et mer, décident de booster leur destin. Cambrioler la bijouterie de la ville, le bon plan ! Sauf que les raisons du vol vont bientôt les opposer... De l’argent facile, une femme fatale, un voyage au bout de la vie, une trahison. Faouzi Bensaïdi (coscénariste de Loin de Téchiné et réalisateur de Mille mois primé à Cannes) signe un film noir, nourri d’espoirs et pétri de désillusions. Sa violence intelligemment contenue charriant cette question : comment s’inventer, se réinventer une vie, quand, jeune, on reste écartelé entre un rêve de modernité et la réalité sociétale ?

« On vient du Maroc, on n’est pas attendu. Les gens ne se téléphonent pas pour savoir quels sont les projets, les films qui viennent du Maroc et qu’ils n’ont pas eu l’occasion de voir. En même temps, c’est une chance parce que cela nous enlève une pression et [nous apporte] donc une liberté. Nous avons aussi un système d’aide qui s’est beaucoup développé ces 10 dernières années. Je dirais qu’on est pas mal loti en tant que cinéaste marocain. »

Mort à vendre est présenté en compétition au Brussels Film Festival 2012.

Interview en français.

partagez cet article par email imprimer cette page