02/06/2014

Kaouther Ben Hania, réalisatrice tunisienne du Challat de Tunis

« Le film est une enquête, dans la Tunisie post-révolutionnaire pour comprendre qui est cet homme la et quelles sont ses motivations »

Evènements et festivals, Tunisie

Euromed Audivisuel a rencontré la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania à l’occassion de la première française de son long-métrage Le Challat de Tunis pour l’ouverture de l’ACID du Festival de Cannes.

Le Challat de Tunis retrace un fait divers tunisien devenu légende urbaine : un homme en mobylette visant les fesses de femmes se promenant dans la rue avec une lame). Cette coproduction Tunisie/France/Canada est une enquête menée par la réalisatrice dans la Tunisie post-révolutionnaire qui cherche à comprendre qui est cet homme.

« C’est l’histoire d’un homme sur une mobylette, qui a une lame à la main, et qui vise les fesses des femmes dans les rues. Le film est une enquête, que je fais moi aujourd’hui, dans la Tunisie post-révolutionnaire, pour comprendre qui est cet homme la et quelles sont ses motivations. »

« C’est un peu le sujet qui m’a imposé le style (documentaire) parce qu’à la base c’est un fait divers, mais c’est aussi un fait divers qui est devenu une légende urbaine avec pleins de rumeurs. Déjà, dans la conscience collective, il y a eu beaucoup de scénarisations de l’affaire. »

Interview en français.

partagez cet article par email imprimer cette page