03/06/2014

Mustafa Ori, directeur de l’Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel

« On voudrait réellement que le cinema algérien reprenne la place qu’il a eue dans le monde du cinéma »

Evènements et festivals, Algérie

Mustafa Ori est le directeur de l’AARC (Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel).

L’AARC a participé cette année au Festival de Cannes pour promouvoir le cinéma algérien et les opportunités qu’offre le pays en matière de production, de réouverture de salles de cinema et de lieu de tournage. L’agence a aussi présenté et soutenu 10 films sur le Marché du Film de Cannes, poussant les jeunes rélisateurs algériens sur le devant de la scène cinématographique.

« Nous sommes devenus un acteur de référence dans le financement et dans la production cinématographique algérienne. »

«  Nous avons un programme de réouverture des salles de cinema en Algérie : il y a 350 salles qui vont réouvrir dans l’année ou dans les deux années qui viennent. »

«  Nous essayons d’être le plus présent et de coller le plus possible aux besoins et aux demandes des cinéastes et des producteurs algériens, parce que c’est un cinéma qui a longtemps compté ; et on voudrait réellement qu’il reprenne la place qu’il a eue dans le monde du cinéma. »

Interview en français.

partagez cet article par email imprimer cette page