07/06/2014

Mohammed Hefzy, producteur et directeur égyptien du Festival du Film d’Ismaïlia

« Je travaille généralement avec des réalisateurs débutants »

Evènements et festivals, Égypte

Euromed Audiovisuel a rencontré Mohamed Hefzy, membre du réseau MEDIS, le mois dernier à Cannes.

A l’origine scénariste, Hefzy est le fondateur et le directeur de Film Clinic, la maison de production égyptienne qui a produit ou coproduit des films à grand succès tels que Les femmes du bus 678, Rags and Tatters, Villa 69 et Excuse My French. Mais il est également le directeur du Festival du Film Documentaires et du Court-Métrage d’Ismaïlia, qui a commencé jeudi en Égypte. Cette année, on retrouvera la plateforme de coproduction, qui attire des projets de films documentaires en développement provenant de tout le monde arabe, pour la deuxième fois.

Dans cette vidéo, le producteur parle de ses derniers projets de longs-métrages. Tout d’abord, il produit le premier projet de long-métrage de Sherif el-Bendary, Two Rooms and a Parlour : l’histoire de Khalil, 70 ans, qui doit s’ouvrir au monde après la mort de sa femme. Le scénario est inspiré d’une nouvelle d’Ibrahim Aslan. Le film sera coproduit par la productrice française Marianne Lère de Joparige Films. (Two Rooms and a Parlour fait également partie du programme de développement de la Med Film Factory de cette année.) Ensuite, Hefzy produit le deuxième long-métrage de Mohamed Diab (après Les femmes du bus 678), Clash, un thriller politique qui se déroule dans un fourgon de police où se trouvent deux groupes de manifestants opposés. Il sera coproduit par la société EMC Media basée à Dubaï.

Il parle également brièvement de la Plateforme de Coproduction du Festival du Film d’Ismaïlia :

« Avec les plateformes de coproduction, les marchés de projets, je pense que les bénéfices ne sont pas vraiment économiques. Ils se voient plus en termes de couverture médiatique, de médias, de presse, d’opportunité de rencontrer des gens, le réseau. C’est vraiment la meilleure récompense que peuvent recevoir les réalisateurs. »

« Cette année, nous avons des films qui viennent de tout le monde arabe. Notre plateforme n’est pas exclusivement destinée aux réalisateurs arabes, elle est faite pour tout cinéaste qui traite d’un sujet arabe et qui cherche potentiellement un coproducteur arabe. »

Interview en anglais

partagez cet article par email imprimer cette page